Toutes ces choses qu’on ne m’a pas dites sur le job de Product Manager

Traduction Française de l’article de  Publié sur MINDTHEPRODUCT le 15 Février 2017


Shaun Russell partage son expérience du Product Management (Gestion de Produit) en décrivant comment il a commencé: lire, participer à des ateliers, apprendre de ses pairs et ainsi de suite. Néanmoins, être un Chef de Produit est très difficile and rien ne peut vous y préparer. Il y a certaines choses que personne ne vous dira et Shaun vous les explique.

Savoir gérer l’incertitude

  • Votre travail est intangible – Il est difficile de décrire exactement ce que vous faites et de savoir quand les choses vont bien.
  • Vous êtes toujours en position incertaine – cela peut être fatigant moralement.
  • Vous en saurez moins que vos collègues – Vous devez mettre en avant et soutenir vos collègues, ce qui veut dire que vous ne pouvez pas le faire pour vous.
  • Il n’y a pas de ligne d’arrivée – Votre produit n’est jamais « fini ».

Pour apprendre comment les autres chefs de produit travaillaient et quels problèmes ils rencontraient, Shaun a accompagné les product managers de deux sociétés. Il a appris que ces défis étaient universels et des moyens de les apprivoiser.

Les amitiés sont importantes

Il est crucial de trouver des personnes qui vous écouteront parler de votre travail, qui essaieront de vous comprendre et qui vous questionneront sur vos défis. Il est facile d’éviter de parler de ces choses mais vous risquez de vous isoler. Souvenez-vous que les super produits sont construits par de super équipes.

Trouver votre raison d’être

La solution à vos problèmes existentiels! Vous devez clarifier où vous souhaitez aller dans votre carrière et être spécifique. Demandez-vous ce qui vous définit, ce qui vous rend unique, maintenant ou à l’avenir, en tant que Product manager.

Le problème avec les parties prenantes (stakeholders)

L’éternel problème du Chef de Produit est la gestion des parties prenantes. Voici quelques choses que beaucoup de nouveaux product managers ne réalisent pas mais qu’ils doivent accepter de leurs parties prenantes:

  • La relation n’est pas réciproque.
  • Il penseront mieux savoir (et vous devez parfois prouver le contraire).
  • Il ont la mémoire longue et sélective.
  • Il vous donneront toute la responsabilité mais pas le pouvoir.

La nature des parties prenantes signifie qu’il y a des choses à se souvenir quand on travaille avec elles.

Attaquer les problèmes de front

Il est tentant de louvoyer et d’éviter les conflits mais si vous ne traitez pas les problèmes avec vos parties prenantes, vous créez de la « dette partenaire » – ils s’habitueront à obtenir tout ce qu’ils veulent! Il est essentiel d’établir une relation claire dès le début et que vous servez le client en priorité.

Utiliser la validation externe (argument d’autorité)

Vous devez travailler deux fois plus pour convaincre les autres et cela veut souvent dire utiliser différentes approches et différents outils de communication. Shaun suggère d’utiliser des sources externes de validation pour influencer les personnes. Elles peuvent consister en des avis de leaders d’opinion que votre équipe respecte ce qui appuiera votre argumentation.

Parfois, il faut y aller au feeling

Parfois – seulement parfois – le feeling surpasse les données. Donnez-vous l’occasion d’y avoir recours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *